Archives mensuelles : avril 2015

miroir

Miroir, miroir, dis-moi qui est la plus belle!

Maintenant que vous savez que je ne me lave pas forcément tous les jours, je pense être particulièrement bien placée pour vous dispenser mes conseils beauté! ;)

Avant (de devenir maman, quand j’avais un boulot), j’étais de ce genre qui se maquille dans le métro (même sans enfant, j’étais speed le matin… on tient un pattern, là…) ou au bureau, comme j’ai eu le malheur de le faire un jour avant que mon patron n’entre dans la pièce pour sa tournée matinale (il checkait qui de ses ouailles était arrivé à l’heure et qui ne l’était pas…) Cela m’avait valu une convocation dans son bureau suivie d’une monstrueuse engueulade: c’était une faute ignoble, inadmissible, de me maquiller sur mes heures de travail. Donc je me maquillais plutôt dans le métro. Et j’étais aussi du genre à me maquiller beaucoup. Les yeux, notamment. Mascara et fards à paupières, tendance smoky eyes. Ce n’est pas vraiment que je me sentais plus belle maquillée mais je me fardais comme j’aurais enfilé une armure pour partir au combat: j’avais l’impression que, maquillée, les clients me prenaient plus au sérieux… De la même façon, je ne descendais que rarement de mes talons de 10.

Lire la suite

bazar1

13h30, mardi, toujours en pyjama

Hier, j’ai profité de la session de repassage pour visionner un film que j’avais raté à sa sortie (je travaille à l’élaboration d’une méthode « joindre l’utile à l’agréable histoire de ne pas sombrer dans le burn out » : par exemple, vous mater une bonne petite série pendant le repassage ou laisser poser des masques pour la peau en même temps que vous passez l’aspirateur, etc.) Le titre du film m’a immédiatement interpelée : « La Vie Domestique ». Déjà à sa sortie, je m’étais sentie concernée puisque ça faisait un an que j’étais bloquée à la maison avec Bébé, faute de place en crèche. Mais à l’époque, croulant sous les couches et les biberons, il n’était pas question d’aller au cinéma, au grand dam de l’Homme des Cavernes.

Lire la suite

soupe aux vermicelles

« Chérie, keskiyapourledîner ? »

Lors de notre première vie commune avec mon mari (oui, on a eu une histoire à rebondissements), j’avais pris au moins 5 kilos : nouveaux menus, nouvelles quantités.

Alors après un bébé et 1 an restée à la maison, à quelques mois du mariage, il a fallu que j’enclenche le plan hors-sec pour ressembler à quelque-chose dans ma robe… Et puis, il paraît qu’on prend 2 kilos d’office après un mariage. Aujourd’hui encore, il faut donc que je me creuse les méninges pour confectionner des repas high carb pour nourrir l’Homme mais aussi diet pour ma ligne…

Lire la suite