IMG_0661 (2)

Justine, Adrien et Esteban

Cette semaine, c’est ma copine d’enfance Juju qui s’est prêtée au jeu de ma petite interview pour inaugurer la rubrique.

À 32 ans, Justine vit en couple depuis bientôt 10 ans. Avec son mari, Adrien, ils ont un petit garçon de 11 mois, Esteban. Elle travaille dans la production de spectacles vivants.

Où vis-tu : à Paris, en banlieue, en province ?

On a quitté Paris il y a presque 2 ans pour s’installer à Genève. Ce n’était pas vraiment un choix de vie au départ, ça correspondait plus à une opportunité professionnelle. Mais on est resté et finalement, on s’y sent bien. Entourés du lac et des montagnes, la vie est plus tranquille qu’à la capitale (!). C’est ce que je ressens quand je rentre à Paris ou quand je reviens ici.

Comment le bébé est-il gardé ? Es-tu satisfaite de ce mode de garde par rapport au bien-être du bébé et des parents, par rapport au financement ?

Esteban est gardé par une assistante maternelle, Naima. Elle vient d’avoir son agrément : Esteban est le premier enfant dont elle a eu la garde. Je l’ai choisie car j’ai tout de suite eu confiance en elle. Elle garde Esteban depuis ses 4 mois ; ils se connaissent bien tous les deux maintenant. Naima est maman elle-même de 3 enfants entre 4 et 9 ans : cela m’a confortée dans mon choix, je me suis assez facilement imaginée mon fils évoluant au sein de cette petite famille.

En arrivant dans la région, on a rencontré un couple de parisiens qui sont rapidement devenus de bons amis. Ils ont une fille qui a 5 mois de moins qu’Esteban. Naima la garde aussi maintenant. Ils sont un peu comme frère et sœur de lait (même si, Dieu merci, Naima ne les allaite pas !).

Au départ, notre choix allait plutôt vers une crèche mais nous n’avons pas eu de place.

Je sais qu’on ne paie pas beaucoup plus cher qu’une crèche car on a la chance de ne pas laisser Esteban de trop longues journées chez la nounou. Et puis, il était si petit quand on a dû le laisser : je crois que j’étais finalement plus rassurée de le savoir auprès d’une nounou, dans un environnement familial.

As-tu voulu/pu aménager ton temps de travail depuis que tu es maman (4/5e par exemple) ?

En Suisse, il existe beaucoup d’emplois qui proposent des postes à 50, 70, 80%, surtout dans le milieu culturel. Moi, je travaille à 70%, donc 28 heures par semaine (du lundi au jeudi).

Quand j’ai repris le travail, Esteban avait 4 mois. La première semaine de reprise, quand je rentrais le soir, il était déjà endormi pour sa nuit ! Ça m’a fait trop mal au cœur. Alors j’ai préféré travailler du lundi au vendredi mais en finissant plus tôt pour pouvoir aller le chercher. Maintenant qu’il se couche plus tard, je ne travaille plus le vendredi. Avoir 3 jours de week-end, je trouve que c’est l’idéal.

Comment ça se passe pour déposer Esteban chez la nounou et aller le chercher ? Où travailles-tu par rapport à la maison/nounou ? Comment se passent les trajets maison/nounou/bureau ? Combien de temps cela te prend-il ?

La nounou habite à 7 minutes à pied de chez nous. En général, Adrien l’emmène le matin à 10h et je vais le chercher à 17h30. On a la chance d’avoir tous les deux des horaires assez souples alors on peut s’arranger mutuellement quand notre planning change. Quand il fait beau, on les retrouve souvent dans le parc à coté de la maison. Et les jours de marché (qui se tient juste derrière chez nous), on y retrouve Naima pour lui déposer Esteban ; c’est assez pratique, je dois dire.

Mon bureau n’est pas tout près de la maison ; que ce soit en transports en commun ou en voiture (à cause du trafic), je mettais 50 minutes voire 1 heure. Je perdais un temps fou. Alors je me suis payé un scooter : j’ai réduit mon temps de trajet de moitié. C’est mieux, mais pas top…

Que ressens-tu face à cette organisation ?

Je le vis plutôt bien car j’ai la chance de faire un métier qui me permet une grande liberté d’organisation. Je peux travailler de chez moi le week-end ou le soir assez facilement, si jamais je dois rattraper du temps pris pour des cas exceptionnels, genre rendez-vous chez le pédiatre.

Mais j’arrive quand même à me sentir un peu débordée parfois…

Comment fais-tu pour les courses, le ménage, le repassage ? Comment se passe la répartition des tâches avec ton mari ?

Justement concernant les courses et le ménage ! Le repassage, je n’en parle pas car je ne repasse RIEN, même pas les chemises. D’ailleurs, je n’en porte pas et Adrien très rarement. Avec les années, on s’est constitué une garde-robe « no repassage »… à moins que les gens nous appellent par derrière « les Froissés » !

Pour les courses, c’est un peu à celui qui va craquer le premier. Notre frigo bat des records de vide absolu, la médaille d’or ! Et pourtant, on a investi dans un vrai grand frigo avec congélateur il y a 1 an, en se disant qu’enfin, on aurait de la place pour stocker. Ce n’était pas la peine, on aurait pu économiser 400 euros et garder notre mini fridge qui semblait toujours plein ! Le pire, c’est qu’on dépense un fric monstre pour aller chercher le minimum vital au Monoprix en face de chez nous.

Le ménage, ma bête noire… En 10 ans, on a eu tellement d’engueulades avec Adrien à cause du ménage qu’on pourrait croire qu’on a fait le tour de la question. Mais non : c’est un problème cyclique, il revient de manière régulière et constante.

Ma dernière trouvaille : chacun son tour, 2 machines et le ménage de l’appart par semaine. Ça a marché 2 semaines…

Te sens-tu débordée ? Aidée ? Épanouie ?

Je me sens un peu des 3 à la fois, suivant le jour, ou la semaine.

Débordée, surtout quand Adrien m’annonce qu’il ne va pas rentrer après la journée de boulot, car il a besoin d’aller passer du temps avec ses potes. En général, ça tombe un soir où l’appart est en bordel, que le linge sale déborde de la panière, qu’Esteban a mal aux dents et qu’il n’a plus de purée pour la semaine (ce qui implique que je vais devoir faire au moins 4 fournées de babycook dans la soirée).

Aidée, surtout quand ma mère est là pour le week-end…

Épanouie, le matin quand je dépose Babito à son père dans notre lit et que je les entends rigoler comme des fous.

Parviens-tu à passer du temps avec tes copines, ton mari ?

Pour le moment, j’ai encore du mal à me ménager du temps personnel. Je suis nettement plus casanière qu’avant, un peu plus fatiguée aussi, il faut dire.  Mais j’ai le sentiment que j’arrive au bout d’un cycle, bientôt 1 an. Je me trompe ?

En revanche, on essaye de passer du temps tous les deux avec Adrien. On a recommencé les week-ends en amoureux. Bilan : même pas mal, j’ai même été étonnée de ma capacité à laisser Esteban. (Culpabilité ? presque…)

Pour les copains, depuis la naissance, on invite surtout à la maison.

Quand vous partez en week-ends ou pour les soirées en amoureux, à qui confies-tu Esteban ?

Aux grands parents. On cherche une baby-sitter mais c’est tellement cher !

S’il y en a eu, quelles répercussions cela a-t-il eu sur ta carrière ?

Je n’ai jamais été étouffée par mon ambition professionnelle ; depuis qu’Esteban est là, je fais encore davantage la séparation boulot/vie perso. Mais je ne me verrais pas ne pas avoir d’activité professionnelle.

S’il y en a eu, quelles répercussions cela a-t-il eu sur ta vie amoureuse ?

Un cliché peut-être, mais je suis encore plus amoureuse du père qu’il est devenu.

 

Un grand merci à ma Juju de m’avoir fait ces confidences !

On lui envie la souplesse des employeurs suisses : si les patrons français pouvaient en prendre de la graine… On retient l’astuce de la garde-robe « no repassage » et on compatit pour ses soirées de solitude à enchaîner les babycooks alors que le bébé n’arrête pas de pleurer et que le papa joue les piliers de bar avec ses copains : ne te sens pas si seule, je pense qu’on est nombreuses à connaître ça. NB pour l’Homme des Cavernes : « je ne parle pas de toi, hein : toi, tu es parfait ! » (je risque la grève de la vaisselle si je dis du mal de lui ici-même!)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>